Prononcement sur le vote sur le budget du 29 mai 2017

Pour la douzième année consécutive, l’Université d’Ottawa a échoué les étudiants, augmentant les frais de scolarité jusqu’à 15 pour cent.

Pour l’année académique 2017-2018, les frais de scolarité augmenteront de 3% en moyenne et atteindront 15% pour les étudiants internationaux, pour la douzième année consécutive, étant le maximum admissible par le gouvernement provincial. L’administration de l’Université d’Ottawa, sous la présidence de Jacques Fremont, a réduit les budgets des facultés, a coupé les abonnements aux journaux de recherche, a augmenté les frais de scolarité et, pour l’année prochaine, prévoit une augmentation des salaires pour les doyens, la haute direction et les cadres supérieurs.

Après la réunion du Bureau des gouverneurs, Robert Head, Commissaire aux affaires universitaires pour la GSAÉD, a déclaré: «Les étudiants ne devraient pas avoir à payer leurs frais de scolarité pour soutenir les augmentations de salaire pour les administrateurs de l’Université de la « Ontario Sunshine List ». La taux d’utilisation des banques alimentaires par les étudiants est à un niveau record! »

M. Head a ajouté: « Les politiques universitaires peuvent obliger les étudiants diplômés à rester inscrits à temps plein après la fin de leur financement. En plus des frais de scolarité, les frais de laboratoire ont augmenté de près de trois pour cent. Face à des dettes énormes, et étant limité à dix heures de travail par semaine, beaucoup d’étudiants vont abandonner. »

L’Exécutif de GSAÉD affirme que les étudiants internationaux ne peuvent pas se permettre 15% de frais de scolarité cette année ou toute année! Les étudiants viennent ici pour étudier et font face à des augmentations imprévisibles d’année en année, car la province a complètement dérégulé ce que les universités peuvent facturer. C’est comme s’ils ne comprenaient pas que les étudiants internationaux contribuent des membres à la société en Ontario.

Les étudiants ont été présents à la réunion du Conseil en grand nombre pour faire connaitre leur opposition à ces augmentations. Le président d’assemblée a passé la réunion en huis clos à mi-réunion, expulsant les étudiants. Les trois représentants étudiants du Bureau des gouverneurs étaient seuls à voter contre le budget.